Concurrence et réforme des soins de santé
Depuis au moins deux ans, les républicains qui craignent une réforme des soins de santé ont formulé des arguments contre. Dans une conférence de la Heritage Foundation de juin 2007, le représentant républicain de l'Oklahoma, Tom Coburn, qui est médecin, a déclaré que les soins de santé en Amérique devaient être déréglementés pour que la concurrence et l'innovation prospèrent.

En octobre 2008, The Backgrounder, une publication de The Heritage Foundation, a consacré son numéro à un article proclamant que les États-Unis étaient le plus grand innovateur au monde dans le domaine de la recherche pharmaceutique. L'article a ensuite expliqué comment la réforme des soins de santé, avec son intention d'importer des médicaments à prix contrôlés en provenance d'autres pays, écraserait l'envie innovante des sociétés pharmaceutiques américaines et détruirait leur capacité à rivaliser.

Le 4 mai 2009, dans le Wall Street Journal, John C. Lechleiter, président et chef de la direction d'Eli Lilly Company, a averti qu'un régime de soins de santé géré par le gouvernement nuirait à la capacité des sociétés pharmaceutiques d'être - vous l'aurez deviné - innovant.

Les mots courants dans les paragraphes précédents sont «concurrence» et «innovation». Les deux mots font partie intégrante de la mythique histoire américaine. Les Américains sont par nature innovants; c'est ainsi que l'Amérique est devenue l'Amérique. Et nous sommes également compétitifs. C'est pourquoi nous sommes le meilleur pays du monde. Ainsi va le mythe.

Un projet de loi qui vise à perpétuer ce mythe a été publié le 20 mai 2009. L'un de ses sponsors est le représentant susmentionné Tom Coburn, et le projet de loi est intitulé The Patients 'Choice Act. Rappelez-vous quand Harry et Louise nous ont rappelé que les Américains veulent toujours le choix? Le texte du projet de loi nous dit avec confiance que «la liberté de choisir crée une meilleure concurrence». Mais qui aide cette compétition?

Les comptes d'épargne santé présentés dans le projet de loi n'aident pas les pauvres, qui n'ont pas d'argent supplémentaire à placer dans de tels comptes. Les abattements fiscaux pour les familles à faible revenu mentionnés dans le projet de loi n'aident pas les personnes si pauvres qu'elles ne paient aucun impôt sur le revenu - comme les personnes handicapées et qui vivent de prestations d'invalidité de la sécurité sociale. Un système déréglementé, libre choix et compétitif les aide-t-il? Et rappelez-vous, mais pour la fortune, allez vous ou moi.

La Loi sur le choix des patients stipule sans ambages que le marché des comptes d'épargne santé qui connaît la croissance la plus rapide est celui des propriétaires de petites entreprises. Je ne suis pas contre les aider, mais la loi offre également aux personnes âgées pauvres "un large éventail de services et de soutiens flexibles", tout en ne disant pas si l'allocation que les personnes âgées utiliseraient pour choisir parmi ce buffet de prestations serait suffisante pour couvrir tous leurs besoins en matière de soins de santé.

Voici ma réponse aux préoccupations des républicains au sujet de l'innovation: Selon le Bulletin AARP du 26 février 2009, le plan du président Obama prévoit une augmentation de sept pour cent du montant des remises que les compagnies pharmaceutiques accordent au gouvernement pour les médicaments sur ordonnance Medicaid. Je pense qu'un bon chercheur pharmaceutique américain peut être suffisamment innovant pour faire le travail avec sept pour cent de financement en moins.

Quant à la concurrence, je veux savoir qui est en concurrence pour offrir le plus de services au meilleur prix à ceux qui en ont le plus besoin. C’est un plan que j’aimerais voir.

Instructions Vidéo: Réseau de Santé Vitalité Health Network - Réforme des soins de santé primaires (Juillet 2021).