La vie est un cycle
Cette semaine, nous poursuivons l'entretien avec un thérapeute et écrivain de nouvelles,
Anjuelle Floyd, qui a récemment publié son nouveau livre, Keeper of Secrets ... Translations of an Incident.

Anjuelle a une histoire intéressante à raconter concernant ses titres de compétences, notamment une maîtrise en psychologie et une maîtrise en beaux-arts. Au début, lorsqu'elle poursuivait sa maîtrise, elle suivait un programme conjoint qui lui accordait également un doctorat. en psychologie Est-Ouest. Au lieu de cela, elle s'est arrêtée avec juste le MA. Plus tard, après être devenue thérapeute autorisée, elle a réintégré le même doctorat. programme et arrêté à nouveau avant la fin. Six ans plus tard, elle a obtenu un MFA en écriture créative. Elle avait alors compris ce dont elle avait vraiment besoin pour faire le travail de sa vie.

Voici la deuxième partie de l'entretien:

BELLA: Quel est le statut de votre doctorat. Le poursuivez-vous toujours?

ANJUELLE: Je réalise maintenant que je n'avais pas besoin d'un autre diplôme pour ainsi dire me légitimer en tant que psychothérapeute et quelqu'un connaissant la psychologie. Ma maîtrise en psychologie et licence de Californie en tant que thérapeute conjugal et familial l'avait fait. Le doctorat que j'aurais gagné si j'avais poursuivi, cela ne m'aurait pas permis de m'asseoir pour obtenir un permis d'exercice en tant que psychologue clinicienne Ph.D.

Le MFA en écriture créative, un diplôme terminal à part entière, m'a donné l'expérience et m'a légitimé pour moi-même ET m'a doté des compétences nécessaires pour raconter les histoires de mon cœur de manière à ce que les lecteurs puissent comprendre ce que je disais. En bref, mon MFA m'a appris les principes fondamentaux de la narration - m'a permis et m'a doté des compétences nécessaires pour raconter les histoires de mon cœur que ma formation et mon expérience en tant que psychothérapeute m'ont permis non seulement de voir, mais aussi d'ouvrir ma conscience à percevoir .

BELLA: Compte tenu de votre travail en tant que thérapeute matrimonial et familial agréé, pourquoi avez-vous choisi d'écrire des histoires courtes au lieu de dire un livre d'entraide?

ANJUELLE: Je voulais partager ma connaissance de l'importance de développer la capacité à entretenir des relations avec ceux que nous aimons et qui nous aiment. En fait, en tant que thérapeute, épouse et mère, maintenant douze ans plus tard depuis que j'ai obtenu mon diplôme de maîtrise, je me rends compte que c'est en fait ce qui donne un sens à notre vie - les relations que nous avons.

Par cela, je ne veux pas dire rester connecté avec ceux qui sont violents. En fait, sur un autre plan, je trouve qu'il est plus facile pour les individus, au moins en Amérique, où il y a tellement de solitude, l'apartheid social est ce que j'appelle, que nous sommes beaucoup plus à l'aise de rester dans des relations blessantes et destructrices, que dans ceux qui détiennent l'amour, la possibilité et l'espoir.

Comme le dit Marianne Williamson, dans son livre Illuminata, nous, en Amérique, avons peur de l'intimité. Williams suggère que l'intimité signifie la mort du je et la naissance du nous, que nous ne connaissons pas en Amérique. La terre des libres et des braves ne soutient pas l'idée de nous. Notre pays n’est pas favorable aux familles et ne soutient pas la notion de dépendance à l’égard de la famille ou de qui que ce soit. Il y a plusieurs raisons à cela, que je n'entrerai pas dans les détails. Mais il suffit de dire que lorsque vous vivez en Amérique et que le maintien des relations est une priorité dans votre vie, vous nagez certainement en amont contre la marée du courant social.

Le but de mes histoires est d'encourager les lecteurs à garder leurs relations chères en leur donnant des exemples de personnes, mes personnages qui le font. Mes personnages ne sont pas parfaits, loin de là, mais ils essaient. Ils se parlent malgré les difficultés et les peurs que nous éprouvons tous à parler notre / leur cœur.

BELLA: S'il est difficile de maintenir une relation dans la culture occidentale, que pouvons-nous apprendre de l'Est?

Il est difficile de vivre en Occident et de maintenir des relations humaines avec ceux que nous aimons le plus. Cela est dû au système de valeurs occidental auquel se trouve la vache dorée de MONEY. D'autres cultures et toutes les cultures ont lutté avec cela, mais je trouve que les enseignements et les écritures orientales, en ce qu'ils proviennent de cultures plus anciennes, sont plus aptes à couper ce qui se cache sous la poussée de l'argent et des biens matériels.

Un professeur vénéré de mon école de psychologie, Michael Kahn, avait un mot à dire lorsqu'il nous guidait en tant que thérapeutes en formation. C'était lorsque nous travaillions avec un client, notre travail de psychothérapeute était de: "... sympathiser avec la défense [du client] ou la nécessité [au sein du client] de créer la défense."

Nous défendons contre la souffrance. Le besoin sous cette défense de se protéger de la souffrance est ce qui a toujours été pour ceux qui nous ont précédés et qui sont avec nous maintenant et qui passeront par cette voie après notre mort. La nécessité de créer la défense est la nécessité de se protéger, sinon d'éviter la MORT - la mort quotidienne du CHANGEMENT et la mort ultime de quitter ce monde et d'entrer dans un nouveau où nous devons recommencer, où nous sommes vulnérables et sans défense.

Je trouve du réconfort dans ce que suggèrent les sages orientaux, c'est-à-dire que lorsque l'on se rend compte que la vie est un cycle constant de mort et de renaissance, dans lequel nous essayons idéalement d'acquérir une meilleure compréhension de soi, d'épuiser le karma et d'atteindre un lieu de traversée de la terre des mayas [illusions - sur nous-mêmes, le monde et nous-mêmes dans le monde] alors leur vie devient une trajectoire vers l'évolution,à la fois en tant qu'être humain responsable envers sa famille et ses proches et le développement de son âme. L'argent devient alors simplement ce dont le monde a besoin, le moyen de vivre et non la fin de sa vie.

Car au final, tout ce qui compte vraiment, ce sont les relations humaines que nous créons et entretenons au cours de notre vie.

N'oubliez pas, nous vivons notre prochaine vie aujourd'hui.

***

La semaine prochaine, nous parlerons à Anjuelle de son travail de rêve et de son écriture pour la découverte de soi, alors restez à l'écoute. En attendant, pour plus d'informations, visitez le blog hebdomadaire d'Anjuelle: www.artistspassion.com. Ou visitez son site Web: www.anjuellefloyd.com. Les personnes intéressées à voir quels livres Anjuelle aime lire peuvent parcourir sa bibliothèque sur étagèreari.com.

Instructions Vidéo: Le Roi Lion - L'histoire de la vie I Disney (Janvier 2021).