Les ministres et la maltraitance des enfants
C'est un sujet assez sensible; cependant, j'estime qu'il faut y remédier. Lorsqu'un ministre d'une congrégation entend parler de maltraitance d'enfants survenant au domicile d'un de ses membres, que faut-il faire? Est-il approprié que le ministre prie simplement et en reste là? Ou les ministres sont-ils tenus de signaler les cas d'abus au sein de leur congrégation? Ce sujet a été abordé dans l'actualité au cours de la dernière année.

Que devrait faire le ministre face à un cas de maltraitance d'enfants? Le ministre devrait-il gérer cela uniquement en priant? Doivent-ils s'en occuper en visitant le domicile de l'enfant maltraité et confronter les parents? Devraient-ils prier et attendre que Dieu change la situation? La réponse à toutes les questions ci-dessus est non! Par exemple, si un membre de la congrégation s'approche du ministre de l'église et rapporte qu'il a vu un enfant maltraité, la première étape devrait être de le signaler aux autorités. Sinon, affronter le parent violent ne ferait que mettre l'enfant en plus grand danger. Le parent violent pourrait nuire davantage à l'enfant. À partir de ce moment-là, l'enfant n'en parlerait probablement à personne d'autre, car ils le considéreraient comme dangereux. Elle est mieux gérée par les professionnels.

Un autre exemple serait pour quelqu'un de signaler les abus au ministre ou au pasteur de l'église et la seule action qu'ils prennent est de prier et d'attendre que Dieu le change. Dans quelle mesure cette approche est-elle sûre? Normalement, l'agresseur ne pense pas avoir de problème. Par conséquent, prendre l'attente et voir l'approche est dangereux pour l'enfant déjà blessé. Quand quelqu'un sait qu'un enfant est maltraité, on ne peut vraiment pas s'asseoir et attendre pendant la prière. Ils doivent prendre des mesures pour le signaler et pour retirer l'enfant du danger dans lequel il se trouve. Je ne suis pas contre la prière dans ces situations. Ce contre quoi je m'oppose, c'est quand les gens entendent parler d'abus qui se produisent dans l'église et qu'ils ne font rien. Ils attendent simplement que Dieu agisse. Je crois que Dieu veut que la personne qui a connaissance de l'abus le dénonce aux autorités. Je crois que Dieu veut avant tout que les enfants soient en sécurité et protégés du mal.

Comme je l'ai déjà dit, c'est une question sensible. Cependant, il ne peut pas être manipulé avec des gants pour enfants. Les adultes qui ont conscience qu'un enfant est maltraité doivent agir immédiatement afin de protéger chaque enfant.

Instructions Vidéo: Dominique Bertinotti : La maltraitance des enfants en France est un sujet tabou - RTL - RTL (Juillet 2021).