Victimes de mauvais traitements infligés aux enfants
La conséquence la plus tragique de la maltraitance des enfants est le décès d'enfants victimes de maltraitance. C'est là qu'un enfant qui a été maltraité meurt de ses blessures. La plupart des organismes chargés de l'application des lois considèrent que les décès d'enfants victimes de maltraitance sont largement sous-déclarés. À moins qu'un enfant ne soit transporté à l'hôpital pour ses blessures, ou à moins qu'une personne proche de l'enfant ne voit les preuves de mauvais traitements infligés aux enfants et signale les mauvais traitements, ces informations ne seront toujours pas signalées.

Chaque jour, dans notre pays, des enfants meurent des blessures subies suite à des mauvais traitements ou à des négligences. Des décès d'enfants victimes de maltraitance peuvent survenir la première fois qu'un enfant est maltraité, comme dans le cas d'une baby-sitter secouant un bébé, entraînant un syndrome du bébé secoué. Bien que la majorité des décès d'enfants victimes de maltraitance surviennent en raison de maltraitances répétées d'enfants et souvent de blessures internes.

Chaque année, il existe des statistiques nationales et nationales sur la maltraitance et la maltraitance des enfants. Un rapport annuel sur la maltraitance des enfants est publié par le gouvernement. Cet article est intitulé Maltraitance envers les enfants (inclure l'année). Aux États-Unis, les agences de protection de l'enfance sont tenues de signaler les informations sur la maltraitance et la négligence des enfants au système NCANDS. Le Système national de données sur la maltraitance et la négligence envers les enfants (NCANDS) est géré par le Bureau des enfants.

En moyenne, selon le site Internet du Child Welfare dot gov, «environ 1 570 enfants sont décédés à la suite de mauvais traitements et de négligence en 2011. Cela se traduit par un taux de 2,10 enfants pour 100 000 enfants dans la population générale». Cela signifie que chaque jour dans notre pays, environ 4 enfants meurent de maltraitance et de négligence envers les enfants.

Plus un enfant est jeune, plus il risque d'être maltraité ou négligé. Les statistiques montrent que «les enfants de moins d'un an représentaient 42,4% des décès; les enfants de moins de 4 ans représentaient les quatre cinquièmes (81,6%) des décès », selon le site Internet du Child Welfare dot gov.

Les nourrissons et les tout-petits sont plus susceptibles de subir les pires conséquences de la maltraitance et de la négligence envers les enfants parce qu'ils sont incapables de se débrouiller seuls et incapables de se défendre. De plus, leur petite taille signifie qu'ils sont susceptibles de subir des blessures à la tête et à d'autres organes vitaux en fonction du type d'abus infligé.

Parfois, l'enfant n'est jamais vu par un médecin ou une salle d'urgence, forcé de mourir seul à la maison dans sa chambre, ou enfermé dans un placard, ou même jeté avec les ordures. Selon le site Internet dot gov de la protection de l’enfance, «En cas de négligence mortelle, la mort de l’enfant n’est pas due à tout ce que fait la personne qui s'occupe de l’enfant, mais à l’incapacité de la personne à agir.»

Si vous êtes au courant de cas de maltraitance ou de négligence à l'égard des enfants, veuillez signaler ces informations à la ligne d'assistance téléphonique nationale sur la maltraitance des enfants au 1-800-4-A-CHILD ou au 1-800-422-4453.

Instructions Vidéo: Bilan des DPJ 2016 - Les mauvais traitements psychologiques: un mal silencieux (Décembre 2021).